L’art de faire compliqué

Au printemps 2017 j’ai décidé de vendre Ms Green Tea, au profit d’une version plus puissante (Mr Beasty) qui reste dans le garage de mon appartement en Angleterre (quoi de plus normal qu’une classique anglaise chez la perfide Albion)

Mais là ou les plaisanteries commence, c’est que j’ai eu l’idée loufoque  d’acheter une autre vielle anglaise que je vais faire re-carrosser d’après le dessin d’un genial créateur français d’origine ukrainienne des années 50, j’ai pas réussi a trouver un carrossier ailleurs qu’en Australie.

Donc cette craquante voiture va voyager d’Angleterre vers l’Australie pour ensuite venir se perdre a Singapour pour en tous cas les 3 prochaines années (ensuite je verrai)

Je vous présente Mr Beasty:

Morgan V6
Morgan V6 3.0L

Et quand a la Jaguar SS100, la voici dans sont état actuel:

Jaguar SS100 1936
Jaguar SS100 1936

et une fois re-carrossée elle ressemblera a celle-ci (dans une meilleure couleur)

Jaguar SS100 1936 Saoutchik
Jaguar SS100 1936 Saoutchik

Et comme je fait peu de choses a moitié, je compte me faire faire sur mesure (chez les brittons cette fois-ci) une autre Jaguar assez spéciale avec une belle histoire autours de ce modele. Ca c’est une autre histoire que je raconterai surement un jour.

en attendant je vous laisse un peu de musique

Open in Spotify

Un matin comme un autre

1979
Une année charnière dans ma petite vie , une chanson gravé a tout jamais dans mon esprit ….

La vie s’écrit seule, ne pas écouter sa voix et on se perd dans le cauchemar de la routine, quelques belle paroles sur un 33 tour m’ont ouvert les yeux. Quand je regarde en arrière et que je vois le chemin parcouru , moi le gamin d’une horrible cité HLM qui ne supportait ni l’école ni le système et surtout pas l’autorité, j’ai fini dans une des plus belle ville du monde.

Je n’ai fait que ce que j’ai eu envi personne ne m’a dicté quoi que ce soit , l’argent ne m’as battu a sa partie de poker menteur , je l’aie battue a plate couture, j’ai botté les fesses de la misère et j’ai piétiné la médiocrité.

Sur les chemins tortueux de l’existence, j’ai laissé des boxeurs qui se sont transformé en vil pleureuses, des ministres en devenir qui ont fini employés municipaux dans leur village.

Un matin comme un autre 1/2