La rage au ventre

On me dit arrogant et cynique, si vous faite parti de ceux là, mieux vaut pour vous ne pas connaître mon coté pit-bull, si vous faite parti (e) de ceux que j’ignore c’est qu’a mes yeux vous avez autant de valeur qu’une fiente de pigeon sur un banc public, vous serez parti avec la première pluie.

Pour avoir trop vu des cages d’escalier pourrie qui puaient la pisse, avec des gitans et des déchets toxique venu de l’autre coté de la méditerrané j’ai dit jamais ca, a moins de 25 ans j’avais une vue imprenable sur la Baie des Anges, un jour en voyant sur la promenade des Anglais devant un magnifique cabriolet tout neuf, j’ai dit j’attendrais pas d’avoir 50 ans pour en avoir un , a tout juste 30 ans c’était fait.

Certains m’admire, je ne suis pas sur de mériter cela, je n’ai jamais rien fait d’autre que me battre pour ma vie et mes passions. Ceux qui comptent pour moi le savent , les autres si j’essuie pas mes pieds sur votre tête estimez vous heureux ma vie est trop courte pour que je perde du temps avec les résidus de la nature humaine.

On m’a souvent savonné la planche je suis tombé, je me suis toujours relevé encore plus fort. Je n’ai jamais baissé les bras ni cédé a la facilité, le chant des sirènes ne m’émeut pas. Je dit n’écouter que ma petite voix intérieur mais je ne dit pas que mes yeux regardent au loin et voient les embûches qui m’attendent. Je n’ai jamais rien attendu de personne, je n’aime pas les dettes et je me pense capable d’y arriver seul , je ne m’en porte que mieux.

A ceux qui lisent ca, et qui se disent pourquoi il écrit ca, je vais répondre c’est assez simple: Si votre vie ne vous plait, pas si vous doutez, servez vous de ce petit exemple, si je l’ai fait vous en êtes aussi capable. Si vous me jalousez c’est que votre médiocrité n’a d’égal que votre bêtise.

Un matin comme un autre 2/2

Un matin comme un autre

1979
Une année charnière dans ma petite vie , une chanson gravé a tout jamais dans mon esprit ….

La vie s’écrit seule, ne pas écouter sa voix et on se perd dans le cauchemar de la routine, quelques belle paroles sur un 33 tour m’ont ouvert les yeux. Quand je regarde en arrière et que je vois le chemin parcouru , moi le gamin d’une horrible cité HLM qui ne supportait ni l’école ni le système et surtout pas l’autorité, j’ai fini dans une des plus belle ville du monde.

Je n’ai fait que ce que j’ai eu envi personne ne m’a dicté quoi que ce soit , l’argent ne m’as battu a sa partie de poker menteur , je l’aie battue a plate couture, j’ai botté les fesses de la misère et j’ai piétiné la médiocrité.

Sur les chemins tortueux de l’existence, j’ai laissé des boxeurs qui se sont transformé en vil pleureuses, des ministres en devenir qui ont fini employés municipaux dans leur village.

Un matin comme un autre 1/2